Jessica Fanhan

Jessica Fanhan (°Abymes Guadeloupe) est actrice. Elle a achevé ses études de théâtre à l’INSAS en 2011 et a fait ses débuts trois ans plus tard dans le rôle principal du spectacle Elle(s) de Sylvie Landuyt : un mélange de théâtre, de performance et de rock dans lequel Fanhan incarnait différents archétypes de « la femme ». La presse l’a qualifiée de révélation et lui a décerné le Prix du meilleur espoir féminin de la Critique. 

Jessica Fanhan est un des visages du KVS. Elle joue dans Malcolm X de Junior Mthombeni, Fikry El Azzouzi et Cesar Janssens et elle brille dans le monologue Kamyon de Michael De Cock (t,arsenaal / KVS).

Quelle profession voulais-tu exercer plus tard quand tu étais enfant ? 

J'ai su très vite que je voulais être comédienne. Mais lorsque je disais à l'époque que je voulais être actrice, les adultes ( sauf ma mère) me regardait d'un air qui voulait dire pauvre-petite-mignonne-rêveuse, alors pour éviter ces regards , j'ai changé de stratégie et je me suis mise à dire  que je voulais être cuisinière ( j'aimais manger) ou esthéticienne ( j'aimais la beauté) et là on me laissait tranquille.

Quel est ton moment inoubliable sur scène ?

Il y en a plein! Mais alors je dirais la toute première fois sur une "vraie" scène avec un "vrai" public. J'avais 11 ans et cette émotion-là, oui elle est inoubliable. Il était donc possible de raconter et faire des choses sur scène et ainsi provoquer d'autres choses à des spectateurs qui regardent. C'était un immense shoot d'adrénaline. J'avais l'impression que tous mes sens étaient décuplés. Un bien-être totale et le sentiment d'être soi. Alors qu'on joue à une autre.

Qui est selon toi un héros (aujourd’hui) ? 

Les personnes que j'admire en générale, sont des profils de gens qui viennent de " loin". Ceux qui s'en sont pris plein la tronche. Pour qui ça n'a pas été facile. Ont été moqués, humiliés, méprisés, alors qu'ils essaient d'atteindre un but, qu'ils essaient d'accomplir quelque chose, quelque soit le domaine. Et ne lâchent rien. Sont dotés d'une force proche de la survie. Alors pour être un héros, il faut une réussite dans les buts que l'on s'est fixés, probablement. Pour moi, pas nécessairement. Dans ce cas, mes héros sont des anti-héros.

Qu’est-ce que cela signifie pour toi de jouer dans Malcolm X au KVS ?

Parce que faire partie de ce projet avec d'autres artistes venant d'autres horizons c'est pour moi une des choses que j'aime le plus dans ce métier: les rencontres. Parce que je ne pourrais jamais me passer de musique. Parce que que l'on aime ou pas, entièrement ou en partie, le parcours de cet homme est tout simplement exceptionnel. Captivant. Il a eu un rôle important dans la prise de conscience et la confiance en eux des noirs à l'époque. Dans son combat contre les oppressions. Il a inventé quelque chose animé par la rage, la colère et le désir de révolution de manière très antidémocratique et ça... Et bien ça suscite en moi beaucoup de questionnements.